Main jeune sur mains âgées.Je viens de finir de lire le livre de Jeanette Bertrand, La Vieillesse par une vraie vieille qu’elle a destiné « À tous ceux et celles qui ont peur de vieillir ».

J’ai beaucoup aimé son livre.

J’ai beaucoup ri et parfois, j’ai été aussi très émue. Cette femme me touche avec son style, son humour et aussi son authenticité à propos de sa réalité corporelle et de ses bobos.

J’ai créé le groupe Facebook et le blogue Vieillir sans rétrécir car je trouve important de prendre le temps de réfléchir à la diversité des réalités qui se vivent lorsque nous vieillissons. Les stéréotypes vis-à-vis du corps parfait et jeune sont encore très puissants dans notre société et parasitent fortement notre inconscient collectif.

Déjà très jeune, j’étais sensibilisée à la différence des corps et des façons de bouger.

J’ai toujours aimé danser. Mais voilà, dans les cours de danse on me mettait toujours à l’arrière. Pourquoi ? Et bien parce que j’étais trop ronde, trop enveloppée, trop grosse.

Tout en trouvant ça injuste, j’étais affectée par ce rejet!

Certes j’étais différente des danseuses au corps de sylphide. Le mouvement, la danse, l’expression par le corps n’étaient-ils pas destinés à tout le monde et non à un groupe trié et choisi pour son apparence?

J’ai appris de cette expérience d’exclusion qui m’a non seulement propulsée dans une démarche de réconciliation avec moi-même mais s’est transformée en passion pour accompagner des femmes et des hommes à habiter leur corps avec présence, aisance et authenticité.

Quel lien avec le vieillissement?

Vieillir est une transformation qui a commencé il y a longtemps. Nous ne vieillissons ni à la même vitesse ni de la même manière. Pourtant les stéréotypes âgistes existent et sont présents partout. Un orthopédiste que j’ai consulté récemment pour un avis médical au sujet d’une limitation au niveau d’un genou suite à une chute m’a dit qu’« à mon âge, qu’avais-je donc besoin de vouloir m’assoir sur mes talons ». Selon lui, « à mon âge», soit bientôt 65 ans, maintenir et restaurer ma fonctionnalité était hors propos. Je n’avais qu’à prendre un anti douleur!

J’enseigne l’éducation somatique depuis plus de 45ans pour accompagner les femmes et les hommes à être heureux dans leur corps quel que soit leur morphologie et leur âge. Je continue à voir mes élèves de tout âge et de toute taille à retrouver ou conserver leur fonctionnalité dans la vie quotidienne.

Non seulement je l’applique d’abord à moi-même mais j’ai aussi l’énorme privilège de guider ceux et celles qui font le choix de s’engager dans cette démarche de se libérer de l’emprise des stéréotypes. Maintenir l’autonomie dans le respect des différences repose sur cette flamme qui est née dans mon enfance et m’anime encore aujourd’hui.