Sélectionner une page

L’hiver revient. Comme chaque année, je regarde les premiers flocons tomber. J’adore ce moment. Je ressens cette atmosphère spéciale. L’environnement est en train de changer. La neige commence à coller sur le sol. La lumière change.

Ce que j’aime dans la neige est la clarté qu’elle apporte dans cette période où les jours raccourcissent et où la lumière commence à manquer.
Comme je disais, l’environnement commence à changer! Nos mouvements vont devoir s’adapter à ce changement.

Toutes sortes d’émotions se vivent à cette période. Il y a ceux qui haïssent l’hiver et commencent à faire triste mine. Il y a ceux qui se réjouissent et sont prêts pour les sports de plein air, pour les glissades avec les enfants.

Mais ce qui est commun à tous c’est le processus d’adaptation nécessaire pour passer d’une saison à une autre. La nouvelle neige devient un agent stresseur qui apporte son lot de frustrations pour les automobilistes. Marcher sur des trottoirs plus ou moins glacés effraient de nombreux piétons, surtout ceux qui ont une mobilité réduite ou qui sont plus âgés.

Nous sommes constamment soumis à des agents stresseurs. Des stress agréables et d’autres qui le sont moins. Je vous recommande le magnifique livre « Par amour du stress » de Sonia Lupien, directrice de la chaire de recherche sur le stress humain de l’université de Montréal. Vous pouvez aussi consulter en ligne leur journal Mammouth  qui partage leurs recherches sur le stress humain de façon très accessible (www.stresshumain.ca/mammouth-magazine.html).

Le stress fait partie de notre vie et c’est tant mieux, car cela montre que nous sommes vivants. Quels que soient nos agents stresseurs, nous déclenchons le syndrome général d’adaptation (SGA), soit toute une réaction hormonale qui va nous permettre de réagir et de mettre en place les stratégies nécessaires à l’action. Pour comprendre les composantes du stress, visitez le site : http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/ArticleComplementaire.aspx?doc=stress_composantes_do).

Par contre, lorsque cet environnement changeant provoque une peur de tomber, le stress devient chronique et nous paralyse. Le corps se tend et reste tendu trop longtemps avec le risque de perdre le rebond naturel et la coordination de la marche. Les mouvements vont devenir plus limités, les sorties également. Plus le corps est tendu et plus les risques de tomber sont réels. Le centre de gravité reste trop haut. Les genoux sont raides et n’amortissent plus les chocs. Plus nous limitons nos mouvements et plus nous risquons de perdre notre fonctionnalité
(« Use it or loose it! »).

Nous sommes faits pour bouger, à n’importe quelle saison et le plus longtemps possible. La neige apporte de la lumière naturelle dont nous avons besoin pour prévenir la déprime de l’hiver. Prendre l’air est nécessaire pour nous oxygéner. C’est bon pour le cerveau. C’est bon pour le moral.

La bonne nouvelle est qu’il est possible à tout âge de réduire les tensions, retrouver le rebond, exercer son équilibre et retrouver sa confiance.

Dans le petit vidéo ci-joint, je donne 3 conseils pour prévenir la peur de tomber :
1) ralentir et faire des pas plus petits
2) relâcher les genoux lors de la marche
3) acheter des crampons